Les Pull-Overs d'Anaïs

   Anaïs (Ferrand-Servat), c'est ma mère.
   Directrice d'école maternelle à Thouars (79) et Garches (78), elle eut une vie professionnelle bien remplie.
Elle avait quelques passe-temps favoris (comme tout le monde):
   Les mots croisés.
   La cuisine, car elle se souvenait avoir été la fille des hôteliers de l'hôtel de Bordeaux dans la ville thermale d'Ax-les-Thermes (09). Parmi ses spécialités, il y avait la confection d'une centaine de boîtes de foie gras, en janvier, après avoir acheté les foies sur le marché folklorique de Samatan (31), les vol-au-vent au riz de veau, les volailles aux marrons, l'omelette norvégienne et tant d'autres plats dont il est difficile de se souvenir.
   Le tricot. On se rappelle l'avoir toujours vue un ouvrage en chantier. Une paire de chaussettes, une écharpe et le plus souvent un splendide pull-over pour Déïs son mari ou pour les enfants et petits enfants, à la rigueur pour les nombreuses cousines qui parfois abusaient de la générosité de leur tante.
Ces pull-overs, plus de 30 ans après, nous les avons encore et je ne résiste pas à l'envie de vous les montrer. Les signes d'une époque révolue.